Du sable bitumineux découvert à Petit-Rocher

Du sable bitumineux découvert à Petit-Rocher

Journaliste : Nancy Sivret

Selon un communiqué émis par le Ministère des Ressources naturelles et artificielles du Nouveau-Brunswick, la région de Petit-Rocher présente une quantité abondante de sable bitumineux.

En effet, les sables bitumineux, comme présents en Alberta, sont un mélange de sable, de pétrole et d’eau. Grâce à une technique spécialisée, depuis quelques années, il est maintenant possible d’extraire le pétrole de ce mélange sableux. Les scientifiques de la Sunkor, étudiant le Nouveau-Brunswick depuis 1997, ont découvert sur les plages de Petit-Rocher, des fragments de ce qui semble être une source inépuisable de sable bitumineux. De plus, selon la ministre Freeman : «Petit-Rocher deviendra le nouveau Fort McMurray».

Selon une enquête provinciale, cette découverte permettra de générer plus de 60 000 emplois dans la région de Bathurst. Certaines mesures ont été entreprises par le gouvernement provincial pour que le village de Petit-Rocher devienne une des villes les plus importantes de la province. En effet, on estime que sa population passera de 1 908 habitants (2015) à 45 000 habitants en 2017. De plus, les fonctionnaires publics ont décidé de changer le nom de la localité pour Gros-Rocher, ce changement sera effectif d’ici novembre 2016. Aussi, il semblerait que les communautés de Bathurst, Beresford, Nigadoo et quelques petits DSL avoisinants aient demandé d’être amalgamés à la communauté de Petit-Rocher, afin de créer la ville la plus populeuse du Nouveau-Brunswick avec plus de 73 578 habitants.

Selon une résidente de Beresford, Madame Henriette Pitre, cette découverte vient sauver la province : « C’est l’fun, mon mari, ma cousine, ma belle-sœur, mes deux garçons, mon gendre, ma bru, mes trois petits-enfants, mon voisin et ma chum Carole vont revenir vivre par ici pour travailler dans le même domaine». On rappelle que depuis près de 20 ans, beaucoup d’Acadiens du Nouveau-Brunswick s’exilent vers l’Ouest canadien afin de travailler dans les sources alternatives d’extraction de pétrole.

Suite au communiqué, la ville de Moncton a fait une conférence de presse pour faire valoir à ses citoyens les bienfaits de rester à Moncton. En effet, depuis la récente découverte des sables bitumineux de Petit-Rocher, la population est passée de 69 074 habitants (1 janvier 2015) à environ 52 700 habitants lui faisant perdre son titre de ville la plus populeuse de la province. Le maire de Moncton craint de voir sa ville disparaître, puisque le Parc Aquatique Magic Mountain et la Côte Magnétique (Magnetic Hill) déménagerons dans la région Chaleur en 2016. Toutefois, le premier ministre de la province reste optimiste : «On a réglé un problème majeur, soit l’exode de la population du Nouveau-Brunswick. Astheure, il reste à savoir combien de temps on va pouvoir vivre dans un environnement autant pollué».

Merci de lire les articles des NIAISERIES ACADIENNES

Publicité